REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris
AccueilCollectionsArts et éducationTête sculptée de Clotaire

Tête sculptée de Clotaire

Anonyme
Deuxième quart XIIIe siècle, vers 1225
Pierre calcaire
H.33 cm ; l. 23 cm ; E. 23 cm
Inv. 93.7.2489
Provenance : Saint-Médard à Soissons
Soissons
Tête sculptée représentant Clotaire Ier
Michel Minetto ©Musée de Soissons

Cette tête sculptée représentant Clotaire Ier est datée par le style des années 1225, la faisant rapprocher d'œuvres dans la mouvance du style parisien du milieu du XIIIe siècle. La tête de Soissons, coiffée d'une solide couronne pesant sur la chevelure bouclée en mèches drues, ne partage pas l'élégance raffinée de l'art des années 1240. Des rapports plus étroits s'établissent avec les statues du portail des Confesseurs au bras sud du transept de la cathédrale de Chartres où l'on retrouve notamment ce traitement des petites mèches "vermiculées" finement recourbées aux extrémités, mais aussi avec le portail saint-Calixte au bras nord de la cathédrale de Reims, c'est-à-dire ces œuvres des années 1220, qui, sans abandonner la calme monumentalité du début du siècle, témoignent d'une observation plus poussée de la figure humaine, sensible ici dans la franchise du regard et la subtilité du modelé du visage au front parcouru de légères rides, ou dans le traitement de la barbe aux mèches désordonnées. Cette tête appartenait à une statue qui ornait, dans le caveau central de la crypte de l'abbaye Saint-Médard, l'une des deux niches aménagées à l'époque gothique afin de rappeler les origines royales de l'établissement (l'autre niche, située en vis-à-vis, contenait la statue de Sigebert). Clotaire Ier (règne de 511 à 561) est l'un des quatre fils de Clovis.

A la mort de celui-ci, en 561, le royaume franc est partagé entre ses fils : Clotaire reçoit la partie septentrionale, où se situe le royaume franc ancestral dont Soissons devient sa capitale. En 558, Clotaire réunit sous sa seule autorité l'ensemble du royaume de Clovis mais il reste attaché à Soissons. Il choisit d'y être enseveli dans l'église qu'il avait fondée sur le tombeau de saint Médard, célèbre thaumaturge de son temps, qu'il avait fait inhumer aux abords de la cité. Sigebert Ier (561-575) fils de Clotaire, sera également Inhumé dans ce sanctuaire dont il achèvera la construction, associant lieu de culte et mausolée dynastique.

Bibliographie :
Catalogue d'exposition, Paris de Clovis à Dagobert, n° 128 pp. 111-112, Paris, salle Saint Jean, 1996
D. Defente (dir.), Saint-Médard, trésors d'une abbaye royale, Somogy éditions d'art, 1996.

Dany Sandron
Avec le concours du service éducatif du musée de Soissons

En savoir plus

Compléments pédagogiques