REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris
AccueilCollectionsArts et éducationLa salle des Colonnes et le moulage de la statue d'un prince Julio-Claudien

La salle des Colonnes et le moulage de la statue d'un prince Julio-Claudien

Ce vaste vestibule de 53,6 mètres sur 12 doit son nom à la double rangée de colonnes monolithes qui fait écho à l'ordonnance de la colonnade fermant la cour d'Honneur sur laquelle il s'ouvre.
Au XVIIIe siècle cette pièce était vide, l'architecte Jacques-Ange Gabriel recherchant une « noble simplicité » pour renforcer la majesté des lieux. C'est donc le Premier Empire qui l'orna d'un ensemble sculpté mêlant des œuvres exécutées d'après l'antique (huit bustes d'empereurs et impératrices romains) à d'autres, au caractère exotique (Africains et Mores), réalisés en Italie au XVIIe siècle.
C'est également au Premier Empire que l'architecte Berthault fit placer dans la niche située en bas à droite de l'escalier d'Honneur, un moulage en plâtre d'une statue qu'on imaginait à l'époque représenter Germanicus. La statue originale, achetée en 1664 à Rome pour Louis XIV, est aujourd'hui conservée au Louvre mais on pense désormais qu'elle a été réalisée par le sculpteur grec Cléoménès vers 20 avant Jésus-Christ et qu'elle représente Marcellus, neveu et gendre de l'empereur Auguste. Ce prince, représenté debout et nu, lève un bras tandis qu'un manteau s'enroule autour de l'autre pour retomber au sol sur la carapace d'une tortue, attribut traditionnel d'Hermès, Mercure chez les Romains, le messager des dieux. Le prince défunt est ainsi divinisé.


Dès lors, qu'il s'agisse de Germanicus ou de Marcellus, la décision de Berthault de placer ici ce moulage est typique du retour à l'antique qui caractérise le néoclassicisme.

Pascal Galtier
Service éducatif du Palais Impérial de Compiègne

En savoir plus

Compléments pédagogiques

Moulage de la statue d'un prince Julio-Claudien
compiegne-germanicus