REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris
AccueilCollectionsArts et éducationAthalie chassée du temple

Athalie chassée du temple

Antoine COYPEL (Paris, 1661 - Paris, 1722), assisté de Philippe Meusnier pour les architectures
1710
Huile sur toile
H. 3,60 m ; L. 7,20 m
Inv. E.2
Dépôt du Musée de Louvre (inv. 3497), 1933
Saint-Quentin
Athalie chassée du temple
© Gérard Dufrène © Musée Antoine Lécuyer

Entre 1695 et 1701, Antoine Coypel exécuta sept toiles sur des sujets de l' Ancien Testament relevant du « Grand genre ». Cette série obtint un succès considérable. commande lui fut ainsi passée en 1710 des répliques agrandies de ses compositions. Il devint premier peintre du roi, à la mort de Louis XIV, en 1715.

Le tableau représente une scène de la Bible, racontée dans l'Ancien Testament, Athalie chassée du temple (II Livre des Rois, XI). Afin de régner, Athalie a ordonné de massacrer tous les membres de la famille royale. Mais Josabeth, épouse du grand prêtre Joad, a sauvé secrètement Joas, petit fils d'Athalie, âgé de sept ans. L'enfant vient d'être installé sur le trône de Juda et reconnu pour roi par l'armée et le peuple. Furieuse, Athalie pénètre dans le temple en pleine cérémonie et se précipite sur l'enfant. Athalie est conduite hors du temple par les soldats, se débattant et vociférant.
La composition de l'œuvre s'organise autour des deux protagonistes principaux de la scène, Athalie chassée et Joas sur le trône mis en valeur par les gestes éloquents des assistants et reliés par la figure pivot du grand prêtre, au centre du tableau. Dans le fond, le rythme sévère des architectures est rompu par la grande draperie décorative sur laquelle se détache le trône. Tandis que les assistants du second plan forment une frise, ceux du premier plan, agenouillés, encadrent le grand vide central en suivant deux diagonales aboutissant au grand prêtre.


Les attitudes théâtrales des personnages rappellent le souci constant, chez Coypel, influencé en cela par Charles Le Brun, d'exprimer les passions. Ami de Jean Racine, il y a de forte probabilité qu'il se soit inspiré de la scène V de l'acte V d'Athalie de l'auteur tragique.

N. Mahéo d'après les textes fournis par la conservation de Saint Quentin
Avec le concours du service éducatif du chemin des Dames et de la caverne du Dragon

En savoir plus

Compléments pédagogiques